Feeds:
Articles
Commentaires

Un nouveau projet !

Et oui j’ai survécu aux deux vols aller-retour qui m’ont certainement plus irradié que mes 16 jours sur l’archipel Nippone (altitude = moins d’air pour arrêter les rayonnements gamma et ultraviolet du soleil), et 6 mois après,  je décide d’un nouveau périple !

Ciel, mais pourquoi encore le Japon ?!  ce n’est pas que j’aime manger du Césium, mais plutôt qu’il me faut faire un choix…car oui, comme beaucoup je rêve aussi d’aller visiter Londres, Berlin, l’Irlande, de retourner en Norvège et en Hongrie…mais cette fois j’aimerais aller chez l’habitant pour m’immerger vraiment et approfondir mon apprentissage de la langue.

 

Aéroport de Copenhague

.

Comment partir longtemps et pour pas trop cher….le WOOFING ! je vous invite d’ailleurs à aller visiter le site (en anglais) pour en savoir plus, mais je vais vous résumer un peu le principe (parce que je suis un mec sympa) : il s’agit d’être logé et nourri chez une famille japonaise (possédant une ferme biologique) en échange d’une aide aux travaux des champs, d’atelier ou domestiques…

Bref, s’il s’agit principalement d’un échange service contre service, c’est d’abord et avant tout un échange humain (si on a la chance de tomber sur des gens sympas !).

 

Donc départ le 16 février 2012 et retour le 18 mars 2012...

Jour#R _ Retour !

Vol Rome-Tokyo – couché de soleil sur la Sibérie

.

Voilà, déjà de retour avec des souvenirs pleins la tête !

J’aurais réussi à vivre avec en moyenne 85 euros par jour tout compris, plus 800 euros de billet d’avion et 540 euros de JR Railpass (qui a été très vite rentabilisé).

Avec ce budget il possible de découvrir le Japon, certes pas dans le grand luxe des ryôkans prestigieuses, mais sans jamais sacrifier mon confort ou mes envies du moment !

 

le 26/05/2011

” Petit tour à Shibuya d’abord pour voir s’il y a du shopping sympa à faire.

En arrivant là-bas, je me rends compte que l’image que l’on a traditionnellement de Tokyo (grâce au cinéma) est celle de ce quartier ! Rien de très intéressant dans ces temples de la consomation. Je vois la statue d’Hachikō et repars pour Akihabara. “

 

Je ne suis, en effet, pas resté très longtemps à Shibuya. A vrai dire je n’ai jamais trop aimé faire les magasins et comme je n’avais rien à acheter et un budget limité je ne me suis pas beaucoup attardé.

Les adeptes du shopping, eux, seraient aux anges tellement il y a de boutiques de fringues et autres.

Shibuya est à l’image du Japon : très tape à l’oeil ! la publicité y est omniprésente et très colorée…c’est, visuellement au moins, une expérience très intéressante.

 

 

« Et voilà un des quartiers que je préfère : manga, maid café et électronique. Je flâne pas mal dans les boutiques mais n’essaie pas les maid-cafés. J’irai quand je comprendrai le japonais…ça sera plus drôle =b  »

 

« Je mange une pizza…depuis le temps que j’en rêvais ! »

 

Après cette promenade je retournais donc à Akihabara, le quartier de l’électronique peu cher, des magasins dédiés au manga sur 5 étages…etc

J’y ai vu le rêve de tous fans à travers des rayons interminables de livres, de dvds, de figurines rares, et de jeux de super nintendo !

 

« Finalement, l’après midi je me décide à faire le National Tokyo museum ( et oui, c’est comme venir à Paris sans passer au Louvre…inimaginable ! même si moi-même n’y suis jamais allé). »

Je suis allé au Louvre depuis !

 

« Le soir arrive, je décide de trouver un pub dans le quartier d’Ebisu

Au Japon pour trouver quelque chose il faut regarder au ciel les panneaux, car les pubs/magasins/resto s’empilent sur les différents niveaux des buildings.

Je bois une Yebisu Stout, je mange un fish&chips, je fume et j’écoute un Japonais qui fait du blues…parfait ! »

 

Une dernière soirée particulièrement géniale, il y a des quartiers qui vous portent et vous font rêver. Je suis tombé sur un pub avec du blues live, il ne m’en fallait pas plus…

 

le 25/05/2011 – Nikkō

” Aujourd’hui sera organisé à l’arrache; d’ailleurs je ne savais toujours pas ce que je voulais faire en me levant.

J’arrive à la gare de Shinjuku et après un marche interminable jusqu’au quai n°5 (il y en a 14) je découvre que le train n’est pas direct et qu’il faut réserver…cela aurait été beaucoup plus facile à partir de la gare de Tokyo !

Bref j’ai mon billet 5 min avant le départ du train…“  (j’avais dû re-traverser toute la gare en courant !)

 

 

« Je disais que Kyoto était un supermarché à ciel ouvert mais en réalité c’est tout le Japon qui est, non pas un supermarché, mais plutôt un parc d’attraction : on paie cher, tout le temps, pour pas grand chose.

Les prêtres, les moines ne sont plus des religieux, ce ne sont plus que les « marchands du temple ». Ici le proverbe fonctionne au premier degrés.

Sinon Nikko donne l’impression d’être un enorme chantier : beaucoup de batiments sont en pleine rénovation et ils en ont besoin ! le couleurs ne semblent plus aussi éclatantes qu’elles devraient l’être. »

Désolé, le sujet revient sur le tapis !  Nikkô est devenu un haut lieu du tourisme de masse, et même s’il a été préservé d’une certaine dénaturation par des constructions modernes (comme certains endroits en France) je continue d’être choqué par le mercantilisme ambiant.

 

 

Mise à part cela, les temples de Nikkô sont très beaux et méritent vraiment l’attention qu’on leur porte. Heureusement, des mesures de rénovation ont été prises comme pour le château d’Himeji, car le temps fait son effet et il serait dommage que Nikkô perde son éclat !

Les photos suivantes sont celles du mausolée d’un ancien shogun de la famille Tokugawa…lui, a déjà été rénové et brille de mille feux !

 

 

« Il y avait du muguet sur le bord de la route ! »

 

Au retour, je prends le bon train pour rentrer (à l’aller je m’étais trompé de ligne) et file au dessus des rizières dans un petit autorail sur un fond de couché de soleil. On se croirait dans « Le voyage de Chihiro »…c’est magique !

Je ne prends pas beaucoup de photo, je me contente d’admirer et de graver cet instant dans ma mémoire.

 

 

le 24/05/2011 – Tokyo

« Ce matin c’est musée Edo-Tokyo, sur la ville de la période Edo à aujourd’hui…plein de maquettes et beaucoup de lecture/explications en anglais. Je finis par lâcher prise, mon cerveau surchauffe. »

Cette journée sera encore une longue journée de marche…j’aurais vraiment usé mes semelles !

Après le musée, je tente de trouver un dvd d’arts martiaux au Nihon Budokan (centre d’arts martiaux et salle de spectacle), me fais aider puis découvre que le dvd en question coûte 100euros pièce…

 

 

Enfin je vais au musée de la photographie dans le quartier de Roppongi où se trouve également le restaurant de Joël Robuchon…si si il s’agit bien du petit chateau qui rappelle celui de Moulinsart !

 

 

le 23/05/2011 – Tokyo

” Shinjuku ! des grands buildings et une lumière naturelle pas mal du tout même si la pluie risque de tomber à tout moment.“

 

J’avais dans l’optique de visiter les grands quartiers de Tokyo, la veille (ça y’est mes souvenirs me reviennent !) j’étais allé au parc Yoyogi à Harajuku, lieu de rassemblement de nombreux artistes de rue les dimanches. La pluie était de la partie, je rentrais donc a l’auberge après une courte promenade.

Ce matin là donc, je visitais Shinjuku, quartier d’affaire un peu triste puis retournais à Harajuku pour voir les environs.

 

Shinjuku, aux pieds des grattes ciel, un petit quartier commerçant d’électronique

Taxis faisant la sieste, garés sous un pont en attendant l’heure de pointe.

” Je retourne à Harajuku pour manger et faire le sanctuaire qui borde le parc Yoyogi. Je crois que la pluie commence à tomber, dommage moi qui voulais me poser un peu. “

l’entrée du sanctuaire Meiji Jingū

Voici une petite interlude pour vous parler des petites gouttes de France que l’on trouve ça et là à travers le Japon…

 

 

Petit exemple de resto à Takayama…

Ce sont les boulangeries « françaises » – assez répandues – qui offrent une vision particulière de nos traditions pâtissières. En effet il ne faut pas s’attendre à trouver des baguettes ou des croissants ! en y entrant il n’y a que les chichis que je connaissais…

Quoiqu’il en soit ce sont quand même des endroits sympas pour déjeuner (comme c’est mal vu de manger dans la rue, les supermarchés et autres boutiques offrent toujours un petit coin pour déguster nos achats).

 

Et hop ! un petit drapeau français sur la vitrine d’un expat’